lundi 29 février 2016

CRP Dominions 4 - Duel Dédoublé - La fin d'un monde (FIN)

Tour 36 à 41

Rappelez-vous, dans l'épisode précédent, tout allait mal. Eh bien rassurez-vous, rien n'a changé !

Caelum, presque sans armée, est entouré.
Voilà ce qu'il reste de ma glorieuse armée. Trois pécores et des éléphants.
N'empêche qu'on s'occupe de ça.
Cette armée, la dernière, est affamée, poursuivie, pas payée. On a des désertions tous les mois. Ils sont pas fous, ils essaient de se ranger tant qu'il est encore temps !

Ne me poursuivez pas !
Ah...Bon...
Ma dernière province était tombée, ma dernière armée était battue. La seule chose qu'il restait, c'était quelques espions dispersés. Arcoscéphale avait vécue ! Mon allié se soumettait peu après. Et ainsi fut finie le Duel Dédoublé !

4e en province.
4e en fort.
4e en argent.
4e en gemmes.
3e en recherche.
2e en dominion.
Et 4e en armée.
Conclusion

Le débriefing a été fait ici. J'aurais dû être plus offensif de chaque côté, notamment au nord contre Bogarus. J'aurais dû être plus à l'aise dans la recherche, les gemmes et les objets magiques. Nous aurions dû prendre un bless moins puissant pour avoir plus de points dans les autres catégories, ou pour avoir tout simplement un dieu éveillé de combat. Nous étions mal disposés géographiquement, mais il eût fallu que nous nous réunissions rapidement.

Quoi qu'il en soit, c'était une petite partie sympathique, et je vous remercie, lecteurs anonymes et bien peu nombreux, incapables de lâcher un commentaire (je vous taquine), d'avoir lu cette aventure. On se retrouve si j'en ai le  courage dans un prochain CRP !

CRP Dominions 4 - Duel Dédoublé - Last (but not least ?) (7)

Tour 31 à 35

Here they come !
Nous arrivons à la fin, ça passe ou ça casse. Bogarus et les géants d'Utgard se ramènent pour la curée.

Il scoute mes défenses.
Il est temps de réorganiser mes troupes pour l'offensive du coup.
Mes troupes sont équipées, les corps des Grecs sont musclés, virils et huilés, que reste t-il à faire ?

Encerclé !
L'encerclement se passe bien...pour eux. Je décide d'attaquer Bogarus, à la fois parce que Utgard est trop fort et à la fois pour découvrir ce que l'armée ennemie a dans le ventre. Et voici le résultat.
 
En avant !
Des communions de mage ?
Des éclairs ?
Beaucoup trop d'éclairs ?
Le choc ! Mais ces éclairs dégarnissent mon front à vitesse grand V !
Deuxième ligne au contact.
Mes troupes foudroyées et chargées prennent cher.
Le début de la fuite.
Nous sommes maintenant submergés.
Et c'est terminé...
La recherche de Bogarus a toujours été extrêmement importante. Mais je ne me doutais pas que tout se baserait sur le sort Thunder Strike.
 
Le responsable maudit !
Ce revers détruisant ma plus grande armée accompli, il ne restait que mes deux yeux pour pleurer. Car Bogarus assiégeait maintenant un de mes deux châteaux, et Utgard continuait sur sa lancée vers ma capitale.
 
On n'a plus affaire aux bandits du tour 2.
La vaillante garnison ! ...
Dites au revoir à notre dieu et à tous mes mages.
La capitale est prise ! Mais que me reste-t-il alors dans ce monde sanguinaire ?

Pas grand chose...
La chute des provinces. (4e)
La chute des châteaux (4e ex aequo avec mon comparse)
Où est mon argent ? (3e)
Les gemmes ont disparues. (4e)
Ma recherche reste haute, mais à quoi m'a t-elle servie ? (2e ex aequo)
On croit encore un peu en notre dieu ! (2e)
Vous la voyez la chute de l'armée et l'impossibilité de remonter la pente ?
Et les tours finaux approchaient...

lundi 22 février 2016

CRP Dominions 4 - La Querelle des Fanatiques - Bonus : les Chroniques de Peliwyr

La partie a donné libre cours à l'imagination de chacun des protagonistes. Ceux-ci ont délivré parfois de très belles performances d'écriture. Je vous invite à aller voir ici. Vous découvrirez toute la partie à partir des mots des joueurs. Quant à moi, je n'étais pas en reste, et je vous retranscris ici les fragments des Chroniques de Peliwyr, par le Chroniqueur Sparke. C'est long, et sûrement très rébarbatif, mais que voulez-vous, on se refait pas.

Fragment n°1 : Les tribus se battaient depuis des siècles entre elles. Piller son voisin, détruire son voisin, voilà tout le bien qu'il y avait à appartenir à ce qu'on allait appeler bientôt Ulm. Le mode d'organisation tribal était simple : le shaman réglait les questions spirituelles, le guerrier-forgeron les questions judiciaires et le chef de clan les questions militaires. De temps en temps, un individu exceptionnellement bon spirituellement se retrouvait à la tête du camp : on l'appelait le Shaman Cornu par respect et par égard pour son casque.

Ces tribus tenaient sous leur coupe des dizaines d'hommes et de femmes. Les mères portaient l'arc, les enfants subissaient une initiation dans la nature en plein hiver et les hommes étaient des guerriers à des degrés hiérarchiques divers. On pouvait parler d'eux comme des barbares. Mais il étaient avant tout des hommes. Et des hommes ne venait que la guerre.

Les Shamans Cornus repérèrent il y a quelque temps une perturbation spirituelle de grande ampleur. Le dieu qu'on appelait Pantokrator avait disparu. Ce vide avait été comblé par une dizaine de prétendants à la divinité, menant des peuples de géants, de créatures faites de terre ou de chair, venant des tréfonds des cavernes ou de la terre ferme. Ces visions de peuples apportant désolation et mort au monde qui s'embrasait d'une flamme de fanatiques emplit les shamans d'inquiétude. Que faire pour leurs tribus ? Les Shamans Cornus se contactèrent spirituellement, et se mirent d'accord sur un grand projet d'union. A n'en pas douter, toutes les tribus ne répondront pas à l'appel. Qu'importe, les chefs spirituels tribaux furent appelés à se rendre avec toute leur tribu dans un espace ouvert à la discussion.

De très nombreuses tribus s'y rendirent. Le ton apocalyptique des shamans n'y était pas pour rien. Et finalement, on y était. Pendant que tous vaquaient à leurs occupations en étant sur leur garde, tous les chefs s'assirent autour d'un totem de grande dimension. Ici, un dieu en devenir était enfermé, annoncèrent les Shamans Cornus. Mais seule l'intervention de tous les shamans pourrait le réveiller. Pendant que les Shamans Cornus méditaient sur la bêtise de la race humaine, les chefs parlèrent, un jour, puis deux, puis trois.

L'un d'eux, particulièrement sage, se leva soudain :
"Du haut de nos montagnes adorées, ma tribu et moi avons observé des flammes brûlantes s'élever jusqu'au ciel, des cités bâties, des terrains remodelés, et dedans grouillaient la plus terrible engeance que vous n'avez jamais vu. Vous ne croiriez pas mes éclaireurs s'ils vous disaient tout ce qu'ils avaient vu. "Xibalba", car c'est tout ce qu'a pu dire la créature que nous avons ramené, désigne ces chauve-souris de taille humaine et qui volent, et qui pillent, et qui tuent. Elles se terrent dans leurs cavernes, mais nul doute qu'elles en sortiront un jour pour nous précipiter dans les ténèbres."

Un autre se leva :
"Près d'une forêt sacrée, j'ai observé les mouvements d'hommes coiffés de plumes. Ils tiraient derrière eux des femmes hurlantes et jeunes. Elles auraient pu devenir comme par chez nous de puissantes guerrières, mais elles furent égorgées comme des animaux sur le parvis d'un temple au milieu des ovations de ces hommes qui voyaient les leurs se transformer en bêtes, en hurlant "Mictlan". "

D'autres témoignages s'enchaînèrent :
"Après un raid réussi sur une petite ville, nous nous sommes cachés, attendant une nouvelle occasion pour piller le reste. Et nous les vîmes. Ou plutôt, nous les devinâmes. A chaque battement de cil, ils disparaissaient et reparaissaient. On aurait dit des fantômes. Et pourtant, ce n'en était pas. Ils massacrèrent toute la population de la ville en une fraction de secondes, hissèrent leur drapeau, et firent une ovation à "Vanheim", peut-être un de leur dieu, peut-être leur nom."

"Les monstruosités des cavernes... Elles sont là, tapies dans l'ombre. Nous avons regretté d'avoir enfoui notre butin ici. Quand nous sommes arrivés le récupérer, ces créatures grouillaient partout, comme des vers de terre géants marchant sur deux jambes et tenant des armes en fer dans leur main. J'ai pu m'en sortir vivant, mais la moitié des guerriers de ma tribu y sont passés."

"En rase campagne, j'ai vu des légions de singes se précipiter sur des hommes en uniforme. Jetant des cailloux et recevant des flèches, les singes avaient à leur disposition des géants presque nus qui dansaient. Oui, dansaient sur le champ de bataille. Et leur danse macabre apportait la désolation dans le camp adverse. Mais ils étaient trop structurés pour jeter l'éponge. Malgré les pertes, ils tinrent leur position. Et ce fut tout, ils se séparèrent."

"Au fond d'une montagne, j'ai vu des êtres maléfiques hululer de façon grotesque accueillant les hommes mauvais, nos bannis et d'autres monstruosités. Des messagers nous sont parvenus nous disant que Yomi accueillait tous les déserteurs et les bandits."

Entendant tout cela, les Shamans Cornus rejoignirent la conversation.
"Xibalba, Mictlan, Vanheim... Les noms ne sont pas importants. Agartha, Kailasa, T'ien Chi, Yomi... Les noms sont malfaisants. Et nous, fier peuple, que devons-nous faire ?"
Les chefs se levèrent d'un seul homme et firent sans attendre un serment d’allégeance. Les Shamans Cornus s'approchèrent du totem.
"Là-dedans sommeille un dieu. Pourra t-il mener un peuple entier à la victoire ?"
Les chefs acquiescèrent et rejoignirent leurs tribus respectives. Il était temps de bâtir une cité, et des murs épais, en hommage à cette alliance et contre les monstruosités du dehors. Les Shamans commencèrent le rituel d'invocation.

Les hommes avaient une terre. Et elle s'appelait désormais "Ulm".

La lutte pour la divinité avait commencé...

Fragment n°2 : La fière nation d'Ulm se lève maintenant, prête à marcher au combat sous la houlette du Veilleur. Sorti de son rocher désormais brisé, il observe le monde qu'il avait oublié durant des siècles et des siècles. Les hautes montagnes, les sombres cavernes, les profondes forêts et les larges plaines avaient été façonnées par le Pantokrator lui-même. Et son rôle avait été de tenir ce bout civilisé, jusqu'à ce qu'il s'endorme d'un long et profond sommeil. Le Pantokrator parti, le Veilleur devait continuer la tâche qui lui avait été confié. Tous les peuples se levaient en masse, une guerre sanglante allait avoir lieu, mais il y n'y aura qu'un seul vainqueur.

Ulm... Cette nation d'humains téméraires et durs comme le roc, sera son épée ; la puissance et l'habileté de ses shamans sera son bouclier. Ensemble ils vaincront. Ils n'ont de toute façon plus le choix.

Le Veilleur est là...

Fragment n°3 :
Ulm... Cette nation d'humains téméraires et durs comme le roc, sera son épée ; la puissance et l'habileté de ses shamans sera son bouclier. Ensemble ils vaincront. Ils n'ont de toute façon plus le choix.

Le Veilleur est là... Le Taureau des Tempêtes, le Roi de la Pierre, le Seigneur des Illusions et de la Mascarade. Mais qui y a t-il donc à affronter ?

Les engeances des tréfonds : Xibalba, les Gardiens du Soleil. Des légions ténébreuses de chauve-souris corrompues par les enseignements de Mictlan. Soi-disant gardiens du soleil et de la lune, ils se sont mis à sortir de leurs cavernes humides par milliers en suivant Findus, le Seigneur de l'Ordre, la Montagne de Force et l'Ennemi des Ténèbres. Sous sa coupe, le monde doit plier et le soleil régner.

Les démons des montagnes : Yomi, les Rois des Onis, des honnis si vous préférez. Dans leur tas de cendres qui leur sert de repère, ils se regroupent, attirant les plus vils des humains, ouvrant des portails maléfiques menant à des forces insondables de dévastation et de mort. Ils respectent celui qui les a réuni, à savoir Fujin, le Divin Scribe et l'Amateur de Guerre. Reste à savoir s'il restera un amateur.

Les singes au service du divin : Kailasa, l'Ascension des Rois-Singes. Sous ce mont, des êtres moitié-divins sommeillaient jusqu'à ce que des légions de singes à peine dégrossis ne trouble leur sommeil. Ils les prirent sous leur coupe, leur apprirent tout ce qu'il y avait à savoir, et formèrent une véritable civilisation. Dans les jungles luxuriantes, des singes de toute stature se lèvent et marchent en cadence, suivis par les danseurs mystiques. La seule personne qu'ils suivent : BlissMan, le Premier Né de Gaïa, le Prince des Animaux et le Seigneur de la Guerre. Les légions de singeS se fraient maintenant un chemin à travers le monde civilisé.

Les guerriers Vanirs adeptes des illusions : Vanheim, l'Age des Vanirs. Dans des contrées lointaines et magiques, les Vanirs sont nés. Décidés à sortir de l'anonymat, ils asservissent brutalement les hommes et les êtres qu'ils considèrent inférieurs, sans crier garde. Maîtres des illusions et de l'enchantement, il ne leur faut qu'un instant pour s'approcher d'une cité sans se faire repérer, et autant de temps pour abattre ses murs pendant que les hommes peinent à simplement les approcher. Navigateurs nés, ils ont aussi sous leur coupe des nains faiseurs de métal. Ils suivent désormais Svärnaud, le Mécène des Forgerons. Nul doute que ces êtres seront prêts à tout pour arriver à leurs fins.

Les créatures des cavernes : Agartha, les Etres Pâles. Ces cyclopes hantent les profondeurs de notre terre, des aquifères aux cavernes sombres. Menés par des oracles tissant les fils du destin, ils grandissent, peu à peu. La venue récente d'Indicible, l'Esprit d'Obsidienne, Le Dieu aux Nombreux Noms et Celui qui est sur la Montagne, ne va pas les arrêter, bien au contraire. Ils se rapprochent chaque jour de la surface.

Les Sacrificateurs, hommes et bêtes : Mictlan, le Temps du Sang. Cette ancienne tribu isolée a su à force de conquêtes former un véritable empire, dominé par les rois-prêtres. Au nom du Dieu Affamé, du Soleil et de la Lune, de la Pluie et de la Forêt, ils sacrifient des milliers de vierges chaque année, et emmènent leurs esclaves en première ligne pendant que leurs guerriers sacrés se transforment sous l'effet de transes en animaux et en bêtes féroces. Ils suivent désormais Civitavecchia, l'Essence de la Fertilité, la Reine de ce Monde, la Maîtresse de la Forêt et des Insectes. Ils viennent, cachez-vous.

L'Empire du Milieu : T'ien Ch'i, Eté et Automne. Les nobles, en quête de gloire, ont fait de T'ien Ch'i une grande nation, emmenant leurs compatriotes à la conquête du monde. Plus reclus, les Mages de la Voie apprennent petit à petit tous les secrets de ce monde, et forment les fameux Guerriers des Cinq Eléments. Ces moines-guerriers servent bien souvent de force principale, appuyés par les nombreuses troupes nobiliaires. Wu Min, le Dieu de la Cité et l'Impitoyable Pasteur sert désormais de divinité tutélaire.

Les citoyens-guerriers : Ermor, la Nouvelle Foi. Peuple polythéiste, les habitants d'Ermor ont toujours vécu dans leur gigantesque cité, presque labyrinthique, d'où leurs nombreuses expéditions partent pour conquérir les régions alentour et les intégrer comme alliés. C'est de là que viennent les Auxiliaires Lézards. Récemment, la foi dans leurs anciens dieux a vacillé. Le nouveau culte s'est rapidement mis en place, beaucoup moins permissif envers les autres, et Ermor se prépare à la guerre depuis l'arrivée de Silon le Tourmenteur, le Réceptacle de Puissance, l'Invincible et Toujours Triomphant Prince du Rapprochement.

Fragment n°4 : Les premiers "prophètes", comme les appelent les peuples concernés, commencent à émerger dans ce monde en crise. Le plus choquant n'est même pas qu'ils sont déjà trois à se réclamer d'un seul dieu, mais bien qu'il reste cinq nations en train de les former.

Ehecatl l'espion de Mictlan, Bhiru le commandant gorille de Kailasa et Acan l'entraîneur de scorpions de Xibalba... Des ennemis assurément terrifiants.

Et puis, il y a les raclures, ceux qui s'enrichissent sur les cris des mourants et apportent la désolation sur leur passage. On les appelle "mercenaires". La première bande d' "aventuriers" à avoir compris le déclin du monde s'est mise en place spontanément et a été tout aussi rapidement recrutée par T'ien Ch'i. Simple hasard ? L'avenir nous le dira.

Le danger est désormais partout, et tout va empirer. J'écris d'une plume tremblante derrière les solides remparts d'Ulm.

Grand Chef est-il l'espoir que j'attends ?

Fragment n°5 : Le charisme et la puissance du Grand Chef lui valurent d'inspirer la crainte dans le monde et d'apparaître dans la liste des guerriers les plus redoutés, au milieu des mercenaires, des grands gérants de province et des commandants d'autres nations.

Parmi ces derniers, on retrouvait Bernard le Brave, mercenaire de son état, Rimmner le Vanir, hautain et cruel, Caligulux d'Ermor, le capitaine consciencieux, Earthborn d'Agartha, la mystérieuse créature, Xeong Yu Sen de T'ien Ch'i, le noble méprisant, Tezcatlipoca de Mictlan, l'adorateur de démons et les deux larrons Acan et Jacawitz de Xibalba, prophète et chauve-souris côte-à-côtes. Où étaient les généraux de Yomi et Kailasa ?

Fragment n°6 : Les premières nations tissèrent des liens, occasionnant un peu d'ordre dans ce chaos. Mais les plus gros changements étaient irréversibles : l'ère des cité-états et des provinces indépendantes était révolue. Les nouvelles grandes nations décoraient leurs nouvelles cités avec les têtes de leurs adversaires.

Tout ceci était parfaitement visible dans l'évolution du fameux livre intitulé "Le Livre des Guerriers", aussi appelé le Hall de la Gloire. De braves commandants de province étaient morts, définitivement rayés, et les grandes nations avaient vite comblés les rangs laissés vacants par de puissants guerriers. Les singes aussi, puisque le prophète Bhiru, gorille de son état, fut cité. Acan de Xibalba avait laissé sa place à Uyitzin, et Ueuecoyotl rejoignit son collègue de Mictlan.

Mais la palme du guerrier le plus craint de tous les temps revenait au Vanir Rimmner de Vanheim, talentueux et cruel, talonnant le très fameux Bernard, capitaine de mercenaires, qui venait de se faire recruter par Mictlan pour étendre sa domination sanglante sur le monde.

Une ère nouvelle était en train de se jouer.

Fragment n°7 : Ueuecoyotl le cruel, de Mictlan, fut rayé du Livre des Guerriers. Sa mort montrait que les adorateurs de démons n'étaient pas tous immortels, chose bonne à savoir pour tous les peuples de ce monde.

Fragment n°8 : Les derniers grands commandants indépendants de notre temps étaient éliminés l'un après l'autre. Aimery d'Ermor, nouveau venu, fut inscrit dans Le Livre des Héros.

Au loin, dans des lieux bien différents des vastes plaines et des hautes montagnes où se trouvaient les cités-états d'Ulm et d'Ermor, de sombres puissances s'associaient. Les légions de chauve-souris trinquaient avec des hommes à plumes dans les crânes de leurs ennemis. Le Dieu Affamé s'associait ainsi aux puissances du Soleil et de la Lune.

Les hautains Vanirs élevèrent l'un de leurs cavaliers sacrés prophète, au doux nom de Vanlade. Quant à T'ien Ch'i, leur mysticisme et leur maîtrise de la magie n'étaient plus à prouver, et ils élevèrent au rang des prophètes un Maître des Cinq Eléments nommé Lan Yin.

Le nombre des prophètes augmentait ainsi dangereusement. Tous se réclamait d'UNE religion se prétendant maîtresse des autres. Les peuples indépendants savaient comment tout cela allait finir et affûtaient leurs armes désespérément. Ehecatl l'espion de Mictlan, Bhiru le commandant gorille de Kailasa, Acan l'entraîneur de scorpions de Xibalba, l'archevêque Protoklitus d'Ermor, l'Ancien Seigneur Stonmined d'Agartha, et maintenant Vanlade et Lan Yin. Seul Yomi n'avait pas l'air d'avoir envie de nommer un prophète, et on comprenait bien pourquoi.

Fragment n°9 : Un trône d'ascension entre Ermor et Ulm, un autre entre T'ien Ch'i et Kailasa. L'équilibre semblait ainsi respecté. Malheureusement pour les nations civilisées de ce monde, à proximité des hautes montagnes du centre, les légions de chauve-souris évoluaient autour de trois de ces mêmes trônes, proliférant sans cesse, et marchant sur les plates-bandes d'Agartha...

De même, le classement des héros devenait rempli de ces créatures. Leurs commandants menaient leurs osts dans le monde entier, malgré la mort de Jacawitz. Xibalba, à n'en pas douter, était la puissance vouée à submerger le monde...

Fragment n°10 : Deux trônes pris, catastrophe. D'un côté, des singes, de l'autre, un empire. Chacun clame que son dieu est le meilleur, je ne crois pas qu'ils vont finir par tomber d'accord. Pire encore, un accrochage entre des perfides chauves-souris et les hommes d'Ulm a eu lieu dans un marais pourrissant, d'autant plus maintenant qu'une cinquantaine d'hommes chauve-souris y sont restés. Et puis, c'est aussi la fin d'une époque : Bernard le Brave, mercenaire le plus puissant et le plus décoré de ce monde, a trouvé la mort sous le commandement des chauves-souris. Paix à son âme aussi noire que le charbon des forges d'Ulm.

Fragment n°11 : Bernard le Brave était à peine enterré quand Aimery d'Ermor le rejoignit. Ses fanfaronnades et sa fougue l'ont poussé vers le décès plus vite qu'il ne le pensait, lui qui était si fier d'être le premier. Le monde est dangereux.

Fragment n°12 : L'incident du Rivage des Oiseaux... Une bande d'archers indépendants affiliés à Ermor rentra dans la province, massacra le gouverneur et planta le drapeau violet d'Ermor, ainsi qu'une représentation de leur dieu. Ulm pensait conserver cette zone tampon, mais Ermor avait finalement montré semble t-il son vrai visage de conquérant. La référence aux guerrières du dernier envoyé impérial avait mis la puce à l'oreille des "barbares", comme les appelaient les habitants d'Ermor.

Serait-ce une vengeance, décalée de dizaines d'années ? Ou bien était-ce juste l'ambition ? Je laisse aux futures générations le soin de trancher.

Fragment n°13 : T'ien Ch'i et le Trône du Zèle, Ermor et celui de Glace, Mitclan et celui des Etoiles, Xibalba et celui de la Puissance, Agartha et celui des Os et puis Kailasa et celui des Bêtes. Tous ces trônes étaient réclamées par de grandes puissances qui se destinaient à prendre la place de Pantokrator. Et pourtant, on avait atteint le point de non-retour : six trônes avaient été capturés, six trônes étaient encore vacants. Des sources anciennes indiquaient que le rituel de mise au ciel, utilisée par le Pantokrator chaque fois qu'il redescendait sur la terre ferme, était un rituel complexe requérant sept des trônes d'ascension. Si une nouvelle nation prenait un trône encore, cela signifierait que la guerre était inévitable pour tous, et que le monde sombrerait dans le chaos...

Fragment n°14 : Chaque nation avait maintenant son propre trône. Yomi et le Trône de Majesté, Ulm enfin et le Trône de l'Hiver, si demandé par les pourceaux de Vanheim, prompts à menacer à qui mieux mieux. Et puis, la guerre arriva, brutale, sans merci. Les armés se massaient aux frontières, les habitants de Peliwyr tremblaient désormais à l'évocation de toutes ces grandes nations qui décidaient en ce moment même de l'avenir du monde.

Le premier à déclarer ouvertement les hostilités, outre les provocations de Vanheim, fut le peuple des profondeurs, Agartha. Courroucé par la présence des forces ordonnées de T'ien Ch'i aux frontières, les Anciens se préparèrent à remonter à la surface. D'un autre côté, Agartha attisait l'animosité de Vanheim en lui permettant de lui enlever une autre épine du pied : Kailasa, le peuple des singes et des êtres divins. Une coalition semblait se dessiner.

Ermor, formellement lié à Ulm, recevait les marchands singes et répondait avec hauteur aux prétentions de Vanheim.
Mitclan et Xibalba, les nations du sang, patientaient en attendant leur heure. Mais patienteraient-ils longtemps ? Ermor était déjà témoin de mouvements à ses frontières, tout comme Ulm.
Quant à Yomi, il avait des sympathies marquées pour Vanheim...

Le monde courait à sa fin.

Fragment n°15 : Les barbares s'agitaient à cause du trône de la guerre. Chaque nation voyait avec effroi une ou plusieurs de leurs provinces être capturée par des meutes de barbares sans merci, d'Amazones cruelles ou de guerriers mort-vivants implacables. Pendant ce temps, dans le Livre des Héros, la mainmise de Xibalba était terminée : un seul général, le même Acan, y était encore en vie. Quant à T'ien Ch'i, il tenait cette fois le haut du panier, et même la première place avec Xeong Yu-Han, talonné par son frère Xeong Yu-Sen et Lan Yin. Mitclan avait toujours deux commandants présents dans ce livre.

Par ailleurs, des rumeurs faisaient état d'une sorte de coalition entre Ermor et Ulm. Mais les sources divergeaient grandement sur ce point. D'autres rumeurs, peut-être plus avérées, faisaient état de coups de main de la part d'Ulm sur une province de Xibalba. Etait-ce le début d'une longue guerre ?

Enfin, un des aspirants-dieux lança un sortilège influençant à la fois l'espace et le temps. C'était l'enchantement le plus ancien de l'humanité, Mother Oak, et Kailasa était responsable. Un arbre géant poussa dans ses terres, et la magie qui l'enveloppait facilitait le travail des mages.

Fragment n°16 : La guerre s'engageait de tout côté. Les écrivains n'avaient même plus le temps d'écrire quoi que ce soit. Les provinces étaient prises et reprises à Ulm par les volants ou par les hommes de métal. Mais l'ouest appartenait aux volants désormais. Quant au sud, il sombrait dans le chaos. Agartha montrait la puissance des cavernes aux légions ordonnées de T'ien Ch'i, et ces derniers perdirent la guerre en plus de l'honneur. Le démoniaque Yomi rejoignit l'alliance des nations démoniaques et attaqua T'ien Ch'i et Ulm de manière sournoise et soudaine. Ermor et Ulm se mettaient à élaborer des plans.

Qui peut encore croire que la paix est proche ?

Fragment n°17 : La mort continuait de régner dans ce bas monde, et Ermor commençait à ressentir les terribles effets de la guerre lorsque les légions noires envahirent ses propres terres. Le flot des hommes chauve-souris était incessant. Petit lot de consolation pour Ulm, dans le Livre des Héros, composé pour cette édition à moitié de généraux décédés, le second être encore vivant du classement était Sous-Chef. Plus bas, on retrouvait un de ses fidèles acolytes, le Guerrier-Forgeron Magma. Mais pouvaient-ils renverser la tendance ?

Fragment n°18 : Les restes des guerriers de T'ien Ch'i, de Kailasa et d'Agartha pourrissaient encore dans les versants ensoleillés des hautes montagnes, dans les caves humides et au fond du lac quand se décida la paix, ramenant commerce et prospérité. C'est ce qu'ils voulaient en tout cas nous faire croire.

De l'autre côté, au-delà des plaines, le choc d'Ermor contre Mitclan et Xibalba était toujours aussi violent. Ulm, les tenaces, avaient fini par jeter l'éponge. Cela ne les empêche pas de regrouper quatre des plus grands guerriers de notre temps, encore vivants contrairement à bien d'autres : Pierre, Magma, Obsidienne et le bien connu Sous-Chef, traître pour les uns, héros pour les autres, en tous les cas puissant commandant.

Xibalba parlait d'une paix éternelle. Quant à moi, simple chroniqueur, je parlerais plutôt d'une naïveté éternelle.

Fragment n°19 - Lettre à Agartha :
Agartha, république du dessous, puissance cavernicole montante à la puissance aussi terrible que le roc, il se peut que je vienne vous visiter. Sous une forme ou une autre. Je suis déjà venu, et mon retour est imminent. La mort nous attend bientôt, les derniers voyages de formation sont toujours bons à prendre. Si un individu étrange s'approche un jour de vos portes en portant le manuscrit intégral des Chroniques, scellées par un sceau magique datant du grand Pantokrator, alors si votre but est de m'accorder un sauf-conduit, il faudra laisser rentrer cet individu. Vos magnifiques cavernes sont une des dernières choses que j'admire encore dans ce monde où baignent dans le sang tant d'êtres vivants.

Amitiés,
Chroniqueur Sparke

Fragment n°20 : L'Histoire est faite pour traiter du passé, des actions des hommes et d'apprendre pour l'avenir. Mes Chroniques ont toujours eu ce but d'instruire. Mais je crains que le monde soit définitivement passé à autre chose. Les légions noires ont révélé leur vraie nature l'autre jour. Un éclair sanglant a déchiré le ciel, et un cri strident insupportable, suivi d'innombrables plaintes en a résulté. Des vies ont brûlé dans les flammes de l'immondice, leur sang plongé dans un gigantesque réservoir de malice dont seul Xibalba a le démoniaque secret. Ce rituel, appelé le Vortex du Sang, est la porte ouverte au plan démoniaque, l'Enfer Rouge, Noir et Vil.

Des légions de démons vont déferler sur notre monde déjà troublé. Les nations peureuses, les nations vigoureuses, celles qui ne se lèvent pas pour autrui, celles qui le font, toutes ces nations vont être balayées par le "puit de science" qu'est Xibalba. La science de la destruction et de la mort. L'Histoire est rattrapée, et de quelle manière, par le présent.

Mais quittons ces digressions. Ermor continue vaillamment de résister, malgré l'évidente faiblesse de ses moyens. L'asservissement est contre leur nature. A Ulm, les tribulations politiques continuent d'opposer Pierre et Sous Chef sur la conduite politique de cette nation. Se réunir en une ville ne résout pas tous les problèmes. Des nouvelles viennent de Vanheim, annonçant de terribles changements dans la politique du royaume. Agartha demande conseil à Ulm : en tant que puissance encore importante et peu touchée par la guerre, elle recherche à n'en pas douter des attaches diplomatiques et politiques pour la grande guerre qui vient. Le monde des singes est toujours aussi foisonnant de marchands itinérants. Les démons des montagnes se font plus discrets que jamais. Mitclan sacrifie en silence. Et ne parlons pas de Xibalba. Que fait l'Empire de T'ien Ch'i ?

Reste une question : quand la Grande Guerre finale va t-elle commencer ?

Fragment n°21 : Les mots creux et vides de Mitclan, à peine menaçant, tombaient dans les oreilles affutées des légions noires, qui s'empressèrent de proposer la part du lion à Mitclan de leur vortex démoniaque : cette part se composait d'hommes et de femmes d'Ermor ou d'une autre région civilisée du monde, dont la destinée était de finir desséchés au fond de cavernes impies ou au coeur de jungles luxuriantes, pour que de cruels démons utilisent leur corps comme des jouets. L'alliance de la terreur en sortait presque renforcée.

Quant à Vanheim, il sortait de sa torpeur léthargique pour se mettre à traiter avec plus grand que lui, à menacer Ermor l'affaiblie, à traiter avec les singes et à vouloir une association avec la puissance montante Agartha.

Ermor se faisait un nouvel ennemi, dans sa lutte ardente pour la survie. Mais quid des relations Ermor-Mitclan ? Des relations Ermor-Xibalba ? Les spéculations étaient nombreuses ici bas. Notamment sur la nation bien silencieuse de Yomi, et de ses démons des montagnes. Aucune trace écrite, si tant est qu'ils maîtrisent l'écriture, et aucune trace diplomatique. Vivent-ils encore ?

T'ien Ch'i et Agartha, autrefois deux rivaux terribles, passèrent à une nouvelle phase diplomatique. Une nation semblait dépecée entre ces deux mastodontes. Quant à savoir de laquelle il s'agissait, mon lectorat avisé s'en doutera. Agartha commençait à jouer un rôle international, mais encore trop tortueux.

La lutte divine continuait ainsi, de rebondissements en rebondissements.

Fragment n°22 : La nation de Yomi avait disparu, et ses cruels démons étaient retournés d'où ils venaient. T'ien Ch'i et Agartha s'élevaient triomphants face à ce peuple vaincu.

De l'autre côté du monde, dans les vastes plaines, Ermor était défait, une nouvelle fois, une ultime fois, qui sait ? Mitclan et Xibalba avaient prélevé leur tribut chez ce peuple, et triomphaient de manière pompeuse en exhibant les cadavres et en les précipitant dans des maelstroms de haines et de violence.

Dans les montagnes, le peuple d'Ulm était affaibli, replié sur lui-même, et le Veilleur préparait sa propre mort avec soin.

Que restait-il désormais dans ce monde ? Les guerriers Vanirs enfermés entre leurs murs ? Les hordes métalliques de T'ien Ch'i ? Les soldats des cavernes d'Agartha ? Les hommes volants de Xibalba ? Les guerriers singes de Kailasa ? Les hordes sanglantes de Mitclan ? Si les alliances formelles ou informelles entre T'ien Ch'i et Agartha, et entre Xibalba et Mitclan avaient tenu bon, que se passera t-il bientôt ?

Il me tarde de voir ce monde être englouti dans l'ultime lutte qui décidera du sort des Fanatiques. Dans ce que j'appelle désormais cette Querelle des Fanatiques.

Fragment n°23 - L'Arrivée du Chroniqueur : Un inconnu en haillons se pressa aux portes de la fière forteresse agarthéenne. Rien ne dépassait de ses loques, excepté un livre volumineux, et brillant d'une lueur éthérée que seuls les êtres d'exception pouvaient déchiffrer. Et si êtres d'exception il y avait, ils sauraient lire le titre Chroniques.

Il contempla les murailles cyclopéennes un court instant. Mais comment parler de contemplation sans yeux, sans bouche, sans lueur : le visage qui transparaissait sous la capuche n'en était pas un. Seule l'obscurité avait cours sous ces loques. Une obscurité insondable semblait s'être emparé de cet être, comme recouvert de haillons couleur boue pour mieux contenir son néant.

Un bruit inimitable surgit de cette créature, et il tomba à genoux. Son livre brilla d'une lueur rougeâtre, puis tout disparut. La forteresse, les hommes, les monstres, les montagnes, les insectes, l'herbe, la vie. Tout réapparut en moins d'un milliardième de secondes. Le contenu des événements de ce monde venait d'être transféré dans les Chroniques de la plus obscure des façons. Mais si cet insondable néant avait eu lieu dans un laps de temps aussi long, c'était pour prévenir les nations de ce monde, et plus particulièrement les mages, sensibles à l'écoulement du temps que le néant était apparut, que le néant arrivait.

L'inconnu continua sa "marche" : ses chausses glissaient sur le sol sans toucher un seul grain d'herbe, sans bousculer la moindre fleur, sans émettre le moindre tremblement. Et il arriva aux portes. Le garde qui le toisa contempla d'un air profond le livre énorme. Il s'agissait d'un Efrit, guerrier de la mort. Il reconnut le Néant de l'être, et sans vie, quelle raison un guerrier de la mort pouvait-il trouver pour arrêter ce qui n'existait pas ? Mais l'Efrit avait été prévenu par Onyx, le Passeur, surnommé dans de lointaines contrées le "Boucher d'Agartha". Il indiqua d'un geste lointain sa demeure, et sans aucun hochement de tête, la créature du néant passa près de la créature de la mort.

Il finit par trouver ce lieu, et tout doucement, il relâcha quelques parcelles d'énergie pour prévenir les prêtres et mages qu'il était ici. Il ne voulait pas paraître impoli. Il entra, et croisa le regard des aveugles et des voyants. Une voix résonna dans les têtes des créatures vivantes de la pièce.

"Onyx,

Ce n'est qu'avec retard que j'ai répondu à votre offre de visite des merveilles agarthéennes. D'obscurs êtres me tenaient éloignés de la lumière.

Me voici donc. Je suis Chroniqueur Sparke, la créature à écriture humaine. Je suis là pour observer le néant de ce monde, et pour contempler sa destruction.

Le bouleversement que je vous ai fait ressentir à l'instant était une indication, et une marque de respect. Vos actions ont...bouleversé l'enchaînement des causes. Ces attaques...admirables forcent l'admiration. Me voici dès lors, à vos côtés, pour observer l'enchaînement inéluctable. Ne me décevez pas Onyx."

Sans aucun bruissement de tissu d'aucune sorte, la forme sombre s'accroupit, et le livre brilla avant d'ouvrir ses larges pages. Mais les aveugles Agarthéens ne pouvaient que deviner l’action en cours. Ce qu’ils ne pouvaient deviner, ce fut le flot débordant d’images claires et distinctes de soldats d’Agartha, d’Ufrits, d’Umbrals, et le flot de sang qui s’écoulait des champs de bataille qui apparut dans leurs esprits aussi distinctement que s'ils avaient vécu eux-même ces événements. Le cri des hommes-jaguars, le hululement sordide des hommes chauve-souris, le mystère nimbant les guerriers Vanirs, et toujours ce flot de sang, ces meurtres, cette mort.

Le chroniqueur secoua son corps, ce qui s’apparentait à un rire pour les aveugles, et à quelque chose de terrifiant pour les voyants.

« Alors dites-moi Onyx : où allons-nous ? »

Fragment n°24 - Agartha dispose : Dans la discrétion la plus absolue, au sein de ce "vénérable" conseil, le Chroniqueur laissa ses Chroniques se compléter au fur et à mesure. Les êtres vivants étaient si intéressants à étudier :

"Agartha, la nation montante, la formatrice de la coalition qui avait résulté en la destruction pleine et entière des terribles démons de la montagne de Yomi, Argartha avait roulé l'ensemble des nations de ce monde. Ces créatures souterraines étaient peut-être aveugles, mais leurs visions stratégiques avaient dépassé toutes les espérances.

Pendant que Xibalba mettait le monde à feu et à sang, que Mitclan se repliait en laissant des guerriers-jaguars dans son sillage, que Kailasa disparaissait dans les flammes de la guerre, qu'Ulm se maintenait solidement dans ses frontières, qu'Ermor résistait tant qu'il pouvait au saccage de son territoire et que T'ien Ch'i s'étendait, Agartha avait tissé de profondes toiles dans l'ombre.

Et ces toiles avaient finalement convergé vers quatre points insoupçonnés : quatre trônes d'ascension, autant qu'il en fallait pour mener Agartha à la victoire. L'allié de toujours, T'ien Ch'i, avait lui-même perdu sa province. Comment allait-il réagir face à ce retournement littéral ?

Mieux, comment les nations de ce monde allaient-elles réagir face à tout cela ? Votre humble chroniqueur se doute de la réponse : une convergence militaire de niveau global pour empêcher la nation d'Agartha d'effacer le monde dans une même lumière. Et s'ils ne le font pas ? Alors le Néant seul sait ce qui arrivera."

Tous les exemplaires des Chroniques du monde de Peliwyr brillèrent, et les lettres d'or précédentes apparurent. Tout cela de manière insoupçonnée, pendant que l'être en haillons contemplait la scène qui se jouait sous ses yeux entre Onyx et ses invités. Si des adorateurs du néant s'étaient trouvé dans la salle, le bruissement étonnamment léger du corps se serait transformé en rire de la pire espèce. Mais dans une pièce peuplée de vivants et d'adorateurs de la mort, tout cela restait de l'ordre du micro-détail.

Fragment n°25 - La Fin des Temps (partie 1) : Le Chroniqueur se leva soudain pendant une phrase d'Onyx et s'approcha de lui. Le Passeur des Morts agarthéens se retourna, comme saisi d'une intuition, mais ce fut trop tard. Son corps reçut les visions en cascade des assauts de Xibalba et du sang dégoulinant des marches de trois des trônes capturés. Il pouvait lire la surprise et la souffrance de ses troupes, la malignité et la cruauté des troupes adverses. Et il eut une vision : celle d'une plongée totale dans le néant, d'une submersion dans un océan d'obscurité, et la présence d'une lumière impossible à identifier disant "Je suis Pantokrator désormais. Tremple passeur de la mort." Et tout s'arrêta.

Une fois remis de ses émotions, en se demandant qui sera ce dieu de lumière, Onyx contempla le Chroniqueur, qui se contenta de trembler dans son être, l'équivalent d'un rictus chez l'homme lambda :

"Alors dites-moi, Onyx, où allons-nous ? Répéta t-il pour la deuxième fois"

Alentour, personne n'avait compris cet échange. Ou presque. Il était temps pour Onyx de rendre des comptes.

"Finement joué, le plan d'Agartha. Hélas, c'était sans compter les techniques de manoeuvre extrêmement élaborées de Xibalba qui avaient sonné le glas de tant de nations, dont le nom aurait autrement pu résonner dans nos Chroniques : Ulm, Ermor, Kailasa. Agartha venait de se mettre dans un péril extraordinaire, non seulement pour lui-même, mais pour le monde tout entier. Xibalba avait finalement pris la haute-main. Cette Querelle des Fanatiques joue son dernier acte.

Peuples du monde, préparez-vous à l'extinction, au désastre, aux cataclysmes : car un Pantokrator n'a besoin que d'un peuple dans son monde idéal. Tremblez tous.

Veilleur d'Ulm, tu es tout ce qui reste de l'héritage de l'ancien Pantokrator : regarde désormais de tes propres yeux ce qui attend le monde, et rappelle toi de tes actions passées. Tremble toi-aussi en contemplant d'un autre oeil ce que tu as accompli pour l'ancien Pantokrator. Et prie pour que celui-ci te fasse mourir tout de suite.

Onyx le Noir, le Passeur des Morts, a fait trembler le monde, ainsi que ces Chroniques. Son nom sera passé aux générations suivantes, aux futurs mondes qui attendent dans le néant ; qu'il en soit instruit. Et espérons que le prochain Pantokrator, maître de la vie et de la mort, soit miséricordieux.

Aurais-je le temps, dans ce monde-ci, de rédiger la suite de mes Chroniques ? Nous verrons. Les nations de ce monde sont-elles prêtes ? Nous verrons. Qui vaincra, si ce n'est Xibalba ? Nous verrons."

Fragment n°26 - La Fin des Temps (partie 2) : Jusqu'à la fin, Onyx n'osa pas répondre à la question du Chroniqueur. Peu lui importait qu'il libère qui que ce soit. Le Chroniquer jeta délibérément le morceau de papier sur le sol que lui avait tendu la jeune Impératrice. Avant que son garde ne bouge, le Chroniqueur sortit comme une ombre dans la ville pour contempler ce que tous les non-Agarthéens voyaient en ce moment avec effroi et terreur. Des rais de lumière aussi concentrés que le soleil même s'élançaient de par le monde pour converger en un point. Un Pantokrator naissait, un monde périssait.

"Les humains hurlaient, les habitants d'Ulm se mirent à genoux et attendirent la destruction, les singes de Kailasa se tapirent au plus profond de la forêt, les guerriers d'Ermor tendirent un point rageur vers le ciel, les habitants de T'ien Ch'i prièrent leur dieu, les démons survivants de Yomi s'évaporèrent, les Vanirs s'évanouirent dans la nature, les sacrificateurs de Mitclan se sacrifièrent entre eux.

Finalement, Xibalba exultait et découvrait la vraie puissance. Le Pantokrator Findus commença par balayer tous les peuples de la surface du monde, enferma le fidèle Lieutenant de l'ancien Pantokrator, le Veilleur, où il le soumit à mille tourments. Ceci fait, il modela la surface du monde à sa manière et hurla : le monde appartenait à Xibalba. Les humains restants furent vite capturés par des formes ailées. Ceux qui ne s'étaient pas donnés la mort à Ermor, à Ulm, à T'ien Ch'i ou ailleurs furent détruits ou capturés. Pour l'éternité, les captifs et leur descendance seront sacrifiés en l'honneur de Findus.

Le Pantokrator Findus avait apporté l'anéantissement et la puissance aux légions noires. Le Pantokrator avait créé son propre Panthéon. Aucune nation n'avait pu rivaliser avec leurs hordes noires. Qu'il en soit ainsi.

La question que vous vous posez, bien sûr, cher lecteur des Chroniques Intemporelles du monde appelé Terre, c'est si Findus allait durer. Je vous aurais volontiers dit oui. Mais la petite lumière au fond de l'univers attire plus d'un Pantokrator. Findus allait-il finir par chercher ce qu'il y avait là-haut, dans l'immensité galactique ? Nul ne le savait encore.

Chroniqueur Sparke
Chroniques de Peliwyr, FIN."

Fragment caché :

Il restait un endroit à visiter : les geôles immondes du dieu des dieux. Représentant du Néant, le Chroniqueur présentait à la fois toutes les menaces, et aucune menace. Sans pouvoir être arrêté, il se mit en tête de rencontrer Pantokrator. Findus, contrit de voir cet être lui tendre des Chroniques qu'il ne lirait point, et sans pouvoir le détruire avec ses nouvelles compétences, l'autorisa par dépit à rencontrer le Veilleur, tandis qu'il sentait encore le fumet des sacrifices humains quotidiens.

Au plus profonde de Peliwyr, l'être pitoyable, torturé continuellement depuis cinq ans, était là, en loques, en larmes. Même un ancien dieu a ses limites.

"Chroo-niqueur...Tu es venu...terminer mon histoire ? Dit-il de sa voix geignarde et faible"

Le Chroniqueur ne répondit pas, et se pointa de sa manche. Le Veilleur blêmit.

"Il n'est pas temps, Chroniqueur, il n'est pas temps.
- Vous avez eu plus que votre part de Temps dans ce monde, prononça d'une voix sourde le Chroniqueur, et le Temps n'est pas mon affaire.
- Je peux encore devenir le Pantokrator, je ne suis pas un dieu de pacot...
- Vous devez rejoindre Indicible, et les autres prétendants divins de ce monde qui n'existe plus. C'est le cruel destin de ceux qui ont tenté un jour l'ascension, et qui ont échoué. Le plongeon dans le néant. Peut-être en ressortirez-vous un jour. Peut-être non."

L'oeil du Veilleur s'enflamma :
"Pourquoi m'avoir fait attendre alors ?
- Parce que plus grande est la chute, plus ce que je fais a du sens."

Ce fut tout ce que Le Veilleur entendit. Car il n'entendit plus. Il ne vit plus. Il ne sentit plus. Il n'était plus. Et le Chroniqueur le rejoignit, en envoyant ses pensées une dernière fois dans une autre dimension qui n'était pas celle de la Mort, ni celle du Néant, et qui faisait partie du Tout qu'on appelait Temps :

"Le Temps n'a pas d'emprise sur le Néant. Espère, Onyx le Noir, dans la dimension où tu t'es cachée, que les milliers de millénaires qui passeront te seront doux. Dans le cas contraire, ce sera la folie que je rencontrerai la prochaine fois."

Il disparut.
Et Peliwyr devint Xibalba.

CRP Dominions 4 - La Querelle des Fanatiques - Et Peliwyr devient Xibalba (Fin)

Les mois passaient, les trahisons suivaient, et finalement le Veilleur se réveilla. Il ordonna à tous les hommes valides de venir avec lui et se mit en tête de combattre une fois pour toute Xibalba. Toutefois, le coup de main d'Agartha sur le nombre de trônes suffisant pour accéder au rang de Pantokrator provoqua l'ire ineffable de la nation de Xibalba, qui se jeta sur ces trônes, et proclama finalement son règne. Le Veilleur et ses guerriers attendirent la fin, dignement et tristement.

Le Chroniqueur Sparke a écrit sur ces événements extraordinaires :

Fragment n°25 - La Fin des Temps (partie 1) : Le Chroniqueur se leva soudain pendant une phrase d'Onyx et s'approcha de lui. Le Passeur des Morts agarthéens se retourna, comme saisi d'une intuition, mais ce fut trop tard. Son corps reçut les visions en cascade des assauts de Xibalba et du sang dégoulinant des marches de trois des trônes capturés. Il pouvait lire la surprise et la souffrance de ses troupes, la malignité et la cruauté des troupes adverses. Et il eut une vision : celle d'une plongée totale dans le néant, d'une submersion dans un océan d'obscurité, et la présence d'une lumière impossible à identifier disant "Je suis Pantokrator désormais. Tremple passeur de la mort." Et tout s'arrêta.

Une fois remis de ses émotions, en se demandant qui sera ce dieu de lumière, Onyx contempla le Chroniqueur, qui se contenta de trembler dans son être, l'équivalent d'un rictus chez l'homme lambda :

"Alors dites-moi, Onyx, où allons-nous ? Répéta t-il pour la deuxième fois"

Alentour, personne n'avait compris cet échange. Ou presque. Il était temps pour Onyx de rendre des comptes.

"Finement joué, le plan d'Agartha. Hélas, c'était sans compter les techniques de manoeuvre extrêmement élaborées de Xibalba qui avaient sonné le glas de tant de nations, dont le nom aurait autrement pu résonner dans nos Chroniques : Ulm, Ermor, Kailasa. Agartha venait de se mettre dans un péril extraordinaire, non seulement pour lui-même, mais pour le monde tout entier. Xibalba avait finalement pris la haute-main. Cette Querelle des Fanatiques joue son dernier acte.

Peuples du monde, préparez-vous à l'extinction, au désastre, aux cataclysmes : car un Pantokrator n'a besoin que d'un peuple dans son monde idéal. Tremblez tous.

Veilleur d'Ulm, tu es tout ce qui reste de l'héritage de l'ancien Pantokrator : regarde désormais de tes propres yeux ce qui attend le monde, et rappelle toi de tes actions passées. Tremble toi-aussi en contemplant d'un autre oeil ce que tu as accompli pour l'ancien Pantokrator. Et prie pour que celui-ci te fasse mourir tout de suite.

Onyx le Noir, le Passeur des Morts, a fait trembler le monde, ainsi que ces Chroniques. Son nom sera passé aux générations suivantes, aux futurs mondes qui attendent dans le néant ; qu'il en soit instruit. Et espérons que le prochain Pantokrator, maître de la vie et de la mort, soit miséricordieux.

Aurais-je le temps, dans ce monde-ci, de rédiger la suite de mes Chroniques ? Nous verrons. Les nations de ce monde sont-elles prêtes ? Nous verrons. Qui vaincra, si ce n'est Xibalba ? Nous verrons."

Fragment n°26 - La Fin des Temps (partie 2) : Jusqu'à la fin, Onyx n'osa pas répondre à la question du Chroniqueur. Peu lui importait qu'il libère qui que ce soit. Le Chroniquer jeta délibérément le morceau de papier sur le sol que lui avait tendu la jeune Impératrice. Avant que son garde ne bouge, le Chroniqueur sortit comme une ombre dans la ville pour contempler ce que tous les non-Agarthéens voyaient en ce moment avec effroi et terreur. Des rais de lumière aussi concentrés que le soleil même s'élançaient de par le monde pour converger en un point. Un Pantokrator naissait, un monde périssait.

"Les humains hurlaient, les habitants d'Ulm se mirent à genoux et attendirent la destruction, les singes de Kailasa se tapirent au plus profond de la forêt, les guerriers d'Ermor tendirent un point rageur vers le ciel, les habitants de T'ien Ch'i prièrent leur dieu, les démons survivants de Yomi s'évaporèrent, les Vanirs s'évanouirent dans la nature, les sacrificateurs de Mitclan se sacrifièrent entre eux.

Finalement, Xibalba exultait et découvrait la vraie puissance. Le Pantokrator Findus commença par balayer tous les peuples de la surface du monde, enferma le fidèle Lieutenant de l'ancien Pantokrator, le Veilleur, où il le soumit à mille tourments. Ceci fait, il modela la surface du monde à sa manière et hurla : le monde appartenait à Xibalba. Les humains restants furent vite capturés par des formes ailées. Ceux qui ne s'étaient pas donnés la mort à Ermor, à Ulm, à T'ien Ch'i ou ailleurs furent détruits ou capturés. Pour l'éternité, les captifs et leur descendance seront sacrifiés en l'honneur de Findus.

Le Pantokrator Findus avait apporté l'anéantissement et la puissance aux légions noires. Le Pantokrator avait créé son propre Panthéon. Aucune nation n'avait pu rivaliser avec leurs hordes noires. Qu'il en soit ainsi.

La question que vous vous posez, bien sûr, cher lecteur des Chroniques Intemporelles du monde appelé Terre, c'est si Findus allait durer. Je vous aurais volontiers dit oui. Mais la petite lumière au fond de l'univers attire plus d'un Pantokrator. Findus allait-il finir par chercher ce qu'il y avait là-haut, dans l'immensité galactique ? Nul ne le savait encore.

Chroniqueur Sparke
Chroniques de Peliwyr, FIN."

Fragment caché
:

Il restait un endroit à visiter : les geôles immondes du dieu des dieux. Représentant du Néant, le Chroniqueur présentait à la fois toutes les menaces, et aucune menace. Sans pouvoir être arrêté, il se mit en tête de rencontrer Pantokrator. Findus, contrit de voir cet être lui tendre des Chroniques qu'il ne lirait point, et sans pouvoir le détruire avec ses nouvelles compétences, l'autorisa par dépit à rencontrer le Veilleur, tandis qu'il sentait encore le fumet des sacrifices humains quotidiens.

Au plus profonde de Peliwyr, l'être pitoyable, torturé continuellement depuis cinq ans, était là, en loques, en larmes. Même un ancien dieu a ses limites.

"Chroo-niqueur...Tu es venu...terminer mon histoire ? Dit-il de sa voix geignarde et faible"

Le Chroniqueur ne répondit pas, et se pointa de sa manche. Le Veilleur blêmit.

"Il n'est pas temps, Chroniqueur, il n'est pas temps.
- Vous avez eu plus que votre part de Temps dans ce monde, prononça d'une voix sourde le Chroniqueur, et le Temps n'est pas mon affaire.
- Je peux encore devenir le Pantokrator, je ne suis pas un dieu de pacot...
- Vous devez rejoindre Indicible, et les autres prétendants divins de ce monde qui n'existe plus. C'est le cruel destin de ceux qui ont tenté un jour l'ascension, et qui ont échoué. Le plongeon dans le néant. Peut-être en ressortirez-vous un jour. Peut-être non."

L'oeil du Veilleur s'enflamma :
"Pourquoi m'avoir fait attendre alors ?
- Parce que plus grande est la chute, plus ce que je fais a du sens."

Ce fut tout ce que Le Veilleur entendit. Car il n'entendit plus. Il ne vit plus. Il ne sentit plus. Il n'était plus. Et le Chroniqueur le rejoignit, en envoyant ses pensées une dernière fois dans une autre dimension qui n'était pas celle de la Mort, ni celle du Néant, et qui faisait partie du Tout qu'on appelait Temps :

"Le Temps n'a pas d'emprise sur le Néant. Espère, Onyx le Noir, dans la dimension où tu t'es cachée, que les milliers de millénaires qui passeront te seront doux. Dans le cas contraire, ce sera la folie que je rencontrerai la prochaine fois."

Il disparut.
Et Peliwyr devint Xibalba. 


Conclusion

Vous pouvez aller voir les comptes-rendus très détaillés des joueurs ici et je vous le conseille si vous comptez nous rejoindre en jeu. Le bilan pour moi n'est pas très bon : après une défaite militaire, un enfermement dans mon histoire et un immobilisme permanent, j'ai perdu toutes mes cartes à jouer et toutes mes possibilités pour faire des conquêtes. La trahison, la tension, et le suspense ont quitté cette partie il y a longtemps, ce n'est la meilleure des parties que j'ai faite je pense. Mais l'essentiel est d'avoir tout de même passé un agréable moment et de se dire qu'on fera mieux la prochaine fois !

Voilà le bilan en récompenses de la partie :
- Zabueco : Relais Divin, Chroniqueur, Fanatique Confirmé, Félon, Potentialiste ; il a repris la nation d'Agartha des mains d'Ozymandias et a posé de nombreux problèmes au monde en la remettant sur pied de manière très intéressante.
- Sinydoc : Maître Fanatique, Meurtrier Divin, Héraut de la Bonne Parole ; Xibalba a clairement dominé la partie.
- Marechalotte : Opportuniste, Divinité résignée ; mon voisin singe que j'aurais dû détruire dès le début.

- Emyr : Laïc ; celui qui a disparu face à T'ien Ch'i et Agartha en premier. Paix à Yomi !
- CptSparke : Poseur ; mon immobilisme narratif a marqué (ou non) les joueurs.
- Joe Barem : Relais Divin ; il a repris Mitclan des mains de Slobodan
- Silaith : Résistance Divine ; il a résisté toute la partie à Mitclan et Xibalba, sans jamais se rendre.

- Guemsterk : pas de récompense, mais un joueur valeureux tout de même. 

jeudi 18 février 2016

CRP Dominions 4 - La Querelle des Fanatiques - Les réformes de l'armée (16)

Tour 41 à 48

Ulm était affaiblie. Oranor était de retour dans son giron, mais les nombreuses batailles avaient épuisé l'ordre public de manière presque irréversible. Les relations diplomatiques devenaient tendues avec les autres nations. Ulm rentrait dans une phase de neutralité presque totale. Malgré cela, chaque jour, les débats à l'Assemblée devenaient houleux. Pierre voulait pactiser avec Xibalba pour avoir une part de lion. Les autres refusaient, et préféraient encore la neutralité. Quant au reste des guerriers, ils préféraient s'entraîner, en silence, et sans volonté.

Le monde était toutefois au courant de l'expérience exceptionnelle des guerriers et des mages d'Ulm, au point que le Livre des Héros n'avait jamais accueilli autant de héros de la même contrée. Obsidienne le Tueur, Magma le Soutien Indéfectible, Pierre l'Ultime Guerrier et Sous Chef le Général aux mains propres. Avec Kiyosuke et Lan Yin de T'ien Ch'i, ils étaient les seuls plus grands guerriers de ce temps encore vivant. Le souvenir de Grand Chef était malheureusement effacé.

Sous Chef avait de grandes idées. Pour ne plus jamais avoir à combattre un adversaire mobile, il divisa l'armée en petites cohortes pouvant agir indépendamment les unes des autres. Voici comment se fit la répartition en bandes de combat, composées d'une quarantaine de soldats :
- La bande de Sous Chef, Esprit et Magma au sud.
- La bande de Capitaine, Ancien, Ruisseau et Caillou au nord.
- La bande d'Officier, Aspar, Lando et Fleur au nord.
- La bande de Sergent, Fougère et Sumar au sud.
- La bande de Vinitharius, Brulure et Arbre au sud.
- La bande de Chazili, Fredegar, Rechiar et Agiwulf au nord.

Une centaine de soldats au nord et au sud n'était pas suffisant, mais l'organisation suffisait, d'autant plus que tous ou presque savaient se camoufler dans la nature. Cette organisation était vouée à de grandes choses, d'autant plus quand le terrible Vortex Sanglant de Xibalba entra en action pour plonger le monde dans la folie et la mort, et plus particulièrement Ermor. Les nations du monde commencèrent à s'élever, et parmi elles, Agartha, qui eut droit au message diplomatique le plus long de la part d'Ulm :

Missive diplomatique à destination d'Agartha.

Créatures des cavernes, peuple d'Agartha,

Nous ne croyons qu'en une chose à Ulm : la guerre. La guerre est la cause et la conséquence de tout dans l'univers. La guerre de la matière, la guerre des espèces, la guerre des peuples et maintenant la guerre des dieux.

Il y a des trônes, il y a des aspirants-dieux, il y a des tensions. Tout cela finira bientôt par une guerre terrible qui engloutira le monde entier et résultera en la disparition de la totalité des espèces et des peuples de la planète, excepté un.

Ulm est neutre, vous l'avez dit. Nos commandants, expérimentés par des années de lutte avec Xibalba, n'ont pourtant pas empêché les hordes noires de déferler sur nos plaines. Nous n'allons pas vous le cacher, nous avons une farouche haine de Xibalba. Mais, malgré tout, Xibalba s'est avéré porteur d'un projet politique plus vaste que notre simple conflit. C'est pourquoi, non content d'accepter la paix, Xibalba a autorisé le retour d'un de nos châteaux sous notre giron.

Protoklitus est un être brave, tout comme Grand Chef l'était. Mais la bravoure est une chose, la politique en est une autre. Selon Pierre, nous sommes alliés à Xibalba, selon Sous-Chef nous sommes neutres. Deux factions s'affrontent tous les jours.

Que vous nous ayez demandé conseil prouve que vous aussi, vous tentez d'assembler les choses de manière logique. Mais je vais vous dire, nous pensons à Ulm que bientôt, Xibalba et ses alliés se jetteront sur le monde. Ermor tombera le premier. Ensuite, les alliances seront brisées, et le roc et la pierre ne seront pas suffisants pour empêcher les hordes de Mitclan et de Xibalba de s'entretuer. Et puis, finalement, l'un des deux, exangue, sortira vainqueur et brisera d'un coup sec la résistance de l'ensemble de ses ennemis.

Ce n'est que pure spéculation bien sûr. Mais si vous devez faire un choix, faites-le sciemment et bientôt. Vous êtes après tout la troisième puissance du monde d'après nos estimations, vous avez encore les moyens de vous affirmer. Bientôt, il sera trop tard pour empêcher le monde de brûler. Songez-y Agartha, songez-y en constatant nos faiblesses et notre anéantissement, et notre incapacité à choisir un camp.

Quant au Chroniqueur Sparke, nous ne connaissons rien de lui, seulement qu'il vient d'Ulm et voyage de par le monde. Nous ne savons pas s'il s'agit d'un humain ou d'une créature étrange, mais comme vous, nous avons à notre disposition ses chroniques. Sans que nous sachions comment, il nous a laissé la veille un message, sachant avant votre message ce que vous alliez dire. Nous vous le donnons :

"Agartha, république du dessous, puissance cavernicole montante à la puissance aussi terrible que le roc, il se peut que je vienne vous visiter. Sous une forme ou une autre. Je suis déjà venu, et mon retour est imminent. La mort nous attend bientôt, les derniers voyages de formation sont toujours bons à prendre. Si un individu étrange s'approche un jour de vos portes en portant le manuscrit intégral des Chroniques, scellées par un sceau magique datant du grand Pantokrator, alors si votre but est de m'accorder un sauf-conduit, il faudra laisser rentrer cet individu. Vos magnifiques cavernes sont une des dernières choses que j'admire encore dans ce monde où baignent dans le sang tant d'êtres vivants.
Amitiés,
Chroniqueur Sparke."

Voici donc la réponse d'Ulm l'affaiblie à vos demandes.
Puisse la sagesse vous guider désormais.